Entre maladie, travail politique, lectures et arrestation, le début de l’année 1915 (1). Dossier Suivre Rosa Luxemburg en 1915

Les premières lettres de Rosa Luxemburg dont nous disposons pour 1915 sont adressées à Marta Rosenbaum, Kostia Zetkin, Mathilde Jacob, Friedrich Westmeyer, Alexander et Helene Winckler. Cette période s’arrête brusquement avec son arrestation le 18 février, arrestation qui normalement avait été repoussée au 31 mars 1915 du fait de son état de santé. La lecture au jour le jour nous permet de ressentir la violence de cette arrestation anticipée. Durant cette période Rosa Luxemburg en effet a été hospitalisée à partir du 7 janvier :

« Niuniu, sois tranquille pour ce qui me concerne. Simplement, je n’ai pas eu le temps d’écrire, en partie parce que je ne savais pas moi-même ce qu’il allait advenir de moi, en partie à cause du stress. Donc, demain matin, je dois me rendre à l’hôpital (adresse: Hôpital Auguste-Victoria Schönberg) pour être soignée. J’espère de ce fait un report de mon incarcération. Cette histoire malheureuse de maux d’estomac et du foie vient mal à propos, mais j’espère être en mesure de travailler dans quelques semaines. Je peux lire dès maintenant, mais j’ai absolument besoin de me reposer et je n’y arrive pas ici. Cela ira mieux à l’hôpital. Le professeur fera demain une attestation indiquant que je suis hospitalisée et je l’adresserai à Francfort .. ». Lettre à Kostia Zetkin le 7 janvier 1915.

« Pour ce qui est de ma santé, tout va bien aussi! D’après les radios aujourd’hui, il ne s’agit pas d’une tumeur mais plutôt d’un ulcère. Demain une analyse chimique est prévue, mais en tous les cas, tu n’as pas besoin de prendre cela au tragique. » Lettre à Kostia Zetkin le 8 janvier 1915.

 » Chère Mademoiselle Jacob. une avalanche de demandes de ma part, vous serez donc dans votre élément. Après une nuit misérable, il me faut annuler toutes les visites, car hier après votre visite et tout en restant polie, on m’a fait comprendre que l’on ne voyait pas cela d’un bon œil. Alors s’il vous plaît, ayez l’obligeance d’avertir par téléphone … ». Lettre à Mathilde Jacob, avant le 24 janvier 1915.

 » Chère Mademoiselle Jacob. Merci pour vos fleurs reçues ce matin et vos gentilles pensées. Je me porte de manière satisfaisante. J’ai de très bonnes nouvelles de Mimi. Ce soir est arrivée enfin la dépêche de Francfort : report jusqu’au 31 mars. Eh bien ! … Lettre à Mathilde Jacob, avant le 24 janvier 1915.

Ces lettres montrent la fragilité de la santé de Rosa Luxemburg qui sera cependant moins de trois semaines après sa sortie de l’hôpital incarcérée. Et la lecture de ces courriers laisse transparaître parallèlement le sentiment d’urgence du travail politique qu’elle ressent, du fait de l’épée de Damoclès brandie au-dessus de sa tête : l’arrestation. Et qu’elle accomplit dans le même temps malgré la maladie. On y voit aussi la difficulté de ce travail politique au quotidien contraint à la clandestinité dans ce pays en guerre.

Ainsi elle écrit à Marta Rosenbaum le 5 janvier: « Parmi toutes les demandes et missions que je me vois contrainte de vous infliger avant ma disparition derrière les murs, l’une ne souffre d’aucun retard. Nous avons décidé de nous abonner et de faire connaître dans nos cercles,  « La correspondance clandestine de la Commission générale syndicale », qui déverse son fiel contre les camarades étrangers, ceci afin de contrer ses menées. Il faudrait choisir un nom peu repérable pour l’abonnement. Un camarade de Mariendorf, un homme qui nous est tout acquis et très influent a accepté de prendre en charge cet abonnement à cette publication et de la faire circuler. Nous avons déjà reçu le premier envoi, il se trouve chez Karl Liebknecht, il passera ensuite à Mehring, puis à vous qui le transmettrez à Kurt [Rosenfeld]; Nous souhaitons continuer ainsi, mais comme je vais disparaître, pourriez-vous prendre en charge les finances? Eberlein ne peut pas assurer cette charge financière naturellement, nous pouvons prendre sur les fonds du journal [allusion à l’Internationale. ndlt]. Auriez-vous l’obligeance d’envoyer la somme jointe à ce courrier à Eberlein? … » Lettre à Marta Rosenbaum, le 5 juin 1915.

On y trouve aussi des indications précieuses sur les lectures et en particulier:

« Niuniu, tu devrais te procurer la série de Hirzel&Co, Leipzig « Entre guerre et paix », ce sont des brochures d’impérialistes allemands (Pri 60-80 Pf). Ils sont très caractéristiques car écrits très ouvertement. Il y a déjà je crois 13 numéros de paru ». Lettre à Kostia Zetkin, le 7 janvier 1915.

 

33127046

Ces auteurs seront cités dans les écrits politiques de Rosa Luxemburg de cette même année. (Trouvé sur le net cette photographie et références: Prof.Dr. Max Apt Der Krieg und die Weltmachtstellung des deutschen Reiches, Zwischen Krieg und Frieden Band 12[nach diesem Titel suchen] Verlag S.Hirzel Leipzig, 1914,53 S., Broschure, Format 15,5 x 21,5 cm.)

Ou sur Anatole France

« Je lis en ce moment les impérialistes publiés par les Editions Hirzel. Je lis aussi France « Les dieux ont soif ». C’est très léger et spirituel, mais ce n’est que pure littérature, pas du grand art. Tu devrais le lire, c’est plus intéressant que « La révolte des anges », dont je n’ai pu lire que la moitié. » Même lettre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *