Repères bibliographiques. Les cinq emprisonnements de Rosa Luxemburg.

Entre son exil en 1889 et son assassinat en 1919, Rosa Luxemburg sera emprisonnée à 5 reprises : c’est toute une vie marquée par un engagement, des décisions qui mettent sa liberté et sa vie en danger

EXIL / 1889Rosa Luxemburg intègre très tôt le mouvement révolutionnaire, en militant au sein d’un groupe se réclamant du programme de l’organisation révolutionnaire Prolétariat. Elle s’exile en Suisse en 1889. Elle n’a pas vingt ans.

EMPRISONNEMENT 1 / Du 26 août au 25 octobre 1904 (Zwickau) : son premier emprisonnement, elle le connaîtra pour « outrage à l’empereur » après une condamnation le 16 janvier par le tribunal régional de Zwickau. Elle est déjà une militante très connue du mouvement ouvrier allemand et revient du Congrès de l’Internationale auquel elle a pris une part importante. Son chef d’inculpation, avoir critiqué Guillaume II dans l’un de ses nombreux discours publics. Condamnée à trois mois, elle effectue sa peine dans la prison de Zwickau. Une amnistie la libère plus tôt que prévu, le 25 octobre. Une lettre très humoristique sur ce point adressée à Henriette Roland-Horst van Schalk fait référence à cette sortie « précoce ». (Voir sur ce blog)

EMPRISONNEMENT 2 / 4 mars à août 1906, Varsovie : En janvier 1905 éclate la révolution russe. Rosa Luxemburg, sous une fausse identité, rejoint le mouvement insurrectionnel qui touche aussi la Pologne sous domination russe. Elle est arrêtée, emprisonnée et menacée d’exécution. Protégée par sa nationalité allemande,  elle est finalement assignée à résidence, libérée sous caution et rejoint l’Allemagne en décembre.

EMPRISONNEMENT 3 / juin et juillet 1907 : En décembre 1906, elle est condamnée par le tribunal de Weimar à deux mois de prison . Elle aurait incité le prolétariat allemand à suivre l’exemple révolutionnaire russe lors du Congrès du SPD en 1905. Elle est emprisonnée en juin et juillet 1907

EMPRISONNEMENT 4  / Février 1915 à février 1916  : Son combat contre la guerre va l’amener à passer les dernières années de sa vie en prison. Elle appelle à la désobéissance dans un discours à Francfort en septembre 1913. Elle passe en jugement le 20 février 1914. Elle fera appel. Inutilement. Alors qu’elle doit commencer sa peine en décembre 1914, elle est hospitalisée. Elle sera arrêtée brutalement en février alors que l’entrée en prison avait été repoussée en mars.

POURSUITES/ Discours en mars 1914 : Bien que sous le risque de cet emprisonnement,  elle prononce en mars 1914 un nouveau discours où elle dénonce les mauvais traitements infligés aux soldats. Elle est cette fois poursuivie pour insulte à l’armée. Devant l’afflux de témoignages, la procédure s’arrête.

EMPRISONNEMENT 5  / Juillet 1916 au 10 novembre 1918 : Le 1er mai, dans une manifestation unique et d’un immense courage, elle défile aux côtés de militants dont Karl Liebknecht aux cris de A bas la Guerre, à bas le gouvernement. Placée sous surveillance policière, elle est arrêtée le 9 juillet 1916 et placée en détention administrative, c’est-à-dire sans procès. Elle sera l’un des dernières libérées le 10 novembre 1918 grâce à la révolution et l’amnistie politique prononcée le 6.

Elle sera assassinée le 15 janvier comme Karl Liebknecht et comme des milliers d’ouvriers et de soldats spartakistes                en rêve et volonté de révolution.

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *