Rosa Luxemburg et la Commune (8). “La bourgeoisie victorieuse non seulement en France, mais aussi en Allemagne, et même dans le monde entier, jubilait, pensant qu’elle avait enseveli les graines du socialisme au plus profond de cette pelouse. Mais c’est précisément sur la tombe de la Commune que le prolétariat international a noué l’alliance fraternelle que rien au monde ne peut  plus briser; Après une décennie, le socialisme a resurgi de la tombe de la Commune avec une force décuplée.”

http://www.michel-gombart.com/page209/files/-le-mur-des-fe0301de0301re0301s.jpg

En 1910, la campagne pour un droit de vote égalitaire et universel bat son plein en Prusse. L’Etat prussien mobilise ses forces. Après avoir échoué à empêcher les manifestations, il prépare ses troupes. Rosa Luxemburg participe avec force à la campagne. Dans un grand meeting, le 17 octobre, elle prononce un discours mémorable. On y trouve ces phrases:

Et cette société s’attend à ce que nous abandonnions la voie que nous avons choisie ,  la lutte pour nos droits politiques les plus élémentaires, de peur de sacrifier notre vie! Comme si les mouvements historiques mondiaux pouvaient être freinés dans leur avancée victorieuse par des moyens aussi grossiers! Il nous suffit de regarder vers la France, de regarder vers ce grand champ d’expérimentation de la révolution moderne. Combien de fois y a-t-on tenté de noyer dans le sang le prolétariat naissant, le socialisme! Avec le terrible massacre de juin 1848, ce que l’on voulait, c’était étouffer l’appel du prolétariat pour une «république sociale». Mais 22 ans plus tard, le drapeau du socialisme flottait de nouveau victorieux avec la Commune de Paris. Puis vint la vengeance face au soulèvement de la Commune, la cruelle boucherie de mai 1870. Des dizaines de milliers de morts et de vivants furent enterrés ensemble dans une fosse commune, dans le grand cimetière parisien du Père Lachaise. Une grande pelouse nue et usée au fin fond du cimetière, un mur nu sur lequel sont suspendues aujourd’hui quelques simples couronnes rouges, délavées par la pluie, comme par des torrents de larmes, voilà tout ce qui restait de la Commune de Paris dans un premier temps. La bourgeoisie victorieuse non seulement en France, mais aussi en Allemagne, et même dans le monde entier, jubilait, pensant qu’elle avait enseveli les graines du socialisme au plus profond de cette pelouse. Mais c’est précisément sur la tombe de la Commune que le prolétariat international a noué l’alliance fraternelle que rien au monde ne peut  plus briser; Après une décennie, le socialisme a resurgi de la tombe de la Commune avec une force décuplée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*