15 janvier 1919, assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht . En leur mémoire, en mémoire de la Commune née la même année …poème, chant, pièce de Brecht.

Brecht et Rosa Luxemburg –  De la jeune fille noyée

1
Après s’être noyée, comme elle descendait,
En allant des ruisseaux dans les grandes rivières,
Alors l’azur du ciel apparut très étrange
Comme s’il lui fallait apaiser le cadavre.

2
Sur elle s’accrochaient les algues, les fucus,
Si bien que lentement elle devint plus lourde.
Les poissons passaient froids sur sa jambe. Les plantes
Et les bêtes gênaient son tout dernier voyage.

3
Le ciel était le soir comme fait de fumée
Et tenait la lumière en suspension, la nuit,
Grâce aux étoiles, mais très tôt il était clair,
Afin qu’elle ait encor du matin et du soir.

4
Lorsque dans l’eau son corps fut tout à fait pourri,
Il arriva que Dieu peu à peu l’oublia :
Son visage, ses mains, pour finir ses cheveux.
Lors elle fut charogne entre tant de charognes.

Hommage à Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg

Debout, debout. Luttons !
Nous sommes nés pour lutter
Debout, debout. Luttons !
Nous sommes prêts à lutter
A Karl Liebknecht, nous l’avons juré. A Rosa Luxemburg, nous serrons la main

Il y a un homme, un homme
Fort comme un chêne
Il a certainement, certainement
Déjà connu maintes tempêtes
Peut-être que demain déjà
il ne sera plus que cadavre
Comme cela arrive à nombre de combattants de la liberté

Nous n’avons pas peur, pas peur
Du tonnerre des canons
Nous n’avons pas peur, pas peur
De la police vert de gris

Nous avons perdu Karl Liebknecht
Rosa Luxembourg est tombée sous des mains assassines
Nous avons perdu Karl Liebknecht
Rosa Luxembourg est tombée sous des mains assassines …

Brecht et la Commune

Extrait de la pièce “Les jours de la Commune

1

Considérant notre faiblesse, vous avez fait
Des lois qui doivent nous asservir.
Que dans l’avenir les lois ne soient pas respectées!
Considérant que nous ne voulons plus être serfs.

[Refrain:]

Considérant que, alors, vous nous
Menacez avec fusils et canons
Nous avons décidé de craindre désormais
Une mauvaise vie plus que la mort.

2

Considérant que nous restons affamés
Si nous tolérons que vous nous volez
Nous allons donc consigner que seules des vitres
Nous séparent du bon pain qui nous manque.

[Refrain…]

3

Considérant que, là, s’élèvent des maisons
Tandis que vous nous laissez sans demeure
Nous avons décidé de nous y installer maintenant
Parce que dans nos trous, ça ne nous convient plus.

[Refrain…]

4

Considérant: il y a trop de charbon
Tandis que sans charbon nous avons froid
Nous avons décidé d’aller le chercher maintenant
Considérant que, alors, nous aurons chaud.

[Refrain…]

5

Considérant: vous n’arrivez pas
À établir un bon salaire pour nous
Nous reprenons maintenant nous-mêmes les usines
Considérant: sans vous il y a bien assez pour nous.

[Refrain…]

6

Considérant que nous ne faisons pas
Confiance au gouvernement, quoi qu’il promette
Nous avons décidé de construire désormais
Une belle vie sous notre propre direction.

Considérant: vous écoutez les canons –
Vous ne pouvez comprendre d’autre langage –
Nous devons donc – si, si, cela vaudra la peine –
Retourner les canons vers vous!

Résolution : https://www.youtube.com/watch?v=UCMSVpTrzuo

Chant : https://www.youtube.com/watch?v=uT9_En4gqeA&t=0s

Représentation : https://labrique.net/index.php/thematiques/droit-a-la-ville/1213-les-jours-de-la-commune

Film 1966 : https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=DtOhMkHJ4xg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*