J. Rosa Luxemburg et la question nationale

Une semaine avec “Junius” (3). La dernière tâche définie par Rosa Luxemburg dans “Principes directeurs pour les tâches de la social-démocratie internationale”: libérer le prolétariat de l’idéologie nationaliste.

“la seule défense de toute vraie liberté nationale est la lutte de classe révolutionnaire contre l’impérialisme”

En annexe à la “brochure de Junius”, Rosa Luxemburg définit ce qu’elle tire comme conséquences du conflit mondial qui déchire les hommes depuis août 1914, et les “principes directeurs” qui devraient guider l’action du prolétariat international: c’est un texte essentiel pour la connaissance de la pensée  de Rosa Luxemburg. Le dernier des principes énoncés, qui clôt à la fois ce texte magnifique qu’est la brochure de Junius et les thèses qui le conclut, est, ce n’est pas un hasard, dans la droite ligne de son action depuis toujours: libérer le prolétariat de  l’idéologie nationaliste.

 “La prochaine tâche du socialisme est de libérer le prolétariat intellectuellement de la tutelle de la bourgeoisie, tutelle qui se manifeste par l’influence de l’idéologie nationaliste. L’action des sections nationales, tant au Parlement que dans la presse, doit avoir pour but de dénoncer la phraséologie traditionnelle du nationalisme comme instrument de la domination bourgeoise. Aujourd’hui, la seule défense de toute vraie liberté nationale est la lutte de classe révolutionnaire contre l’impérialisme. La patrie, dont la défense prime tout, c’est l’Internationale socialiste.”

 

La brochure de Junius, la guerre et l’Internationale (1907 – 1916)

Tome IV des Oeuvres complètes de Rosa Luxemburg, Editions Agone, Agone&Smolny, 2014, P 209

saintmartinestreaux5

30 Nov 2014

Sur les courants nationalistes au sein du mouvement polonais. 1ère lettre de Rosa Luxemburg à Kautsky, mars 18996

 kautsky

Karl Kautsky

A Karl Kautsky. Zurich, 5 III [18]96

Monsieur le rédacteur en chef (1),

Par le même courrier, je vous envoie un assez long article (2) sur les courants nationalistes dans le mouvement socialiste polonais. Le sujet – j’espère que vous le constaterez à la lecture de l’article – est tout à fait d’actualité. Le changement d’orientation politique des socialistes polonais d’Allemagne et d’Autriche, préparé de longue main, peut avoir, à mon avis, une autre conséquence immédiate: à l’exemple de ce qui s’est déjà passé en Allemagne, le parti de Galicie se séparerait de la social-démocratie autrichienne. Ce changement d’orientation a déjà entraîné une résolution du peuple galicien (3), à propos de la célébration du premier mai, qui est très importante sur le plan pratique. Et son importance déborde et de loin le cadre du mouvement polonais lui-même, même si on laisse de côté l’intérêt immédiat que le mouvement polonais présente pour les camarades allemands. En effet, tout le mouvement nationaliste parmi les socialistes polonais tente de se donner des apparences marxistes, en invoquant surtout les sympathies dont il jouirait auprès de la social-démocratie allemande et il veut d’autre part gagner les sympathies des socialistes d’Europe occidentale grâce à une feuille qu’il édite spécialement à leur intention: Le Bulletin du parti soc[ialiste] pol[onais] (4).

Mais traiter ce problème semble tout particulièrement indiqué si l’on considère que les représentants de la tendance nationaliste- socialiste se proposent – comme ils l’écrivent eux-mêmes dans l’organe allemaniste – Le Parti ouvrier (5) – de soumettre au Congrès international de Londres une résolution (6) qui sanctionnerait comme une revendication politique du prolétariat la restauration d’un État polonais, ce qui préparerait l’inclusion de cette revendication dans le programme pratique des partis polonais.

Si vous décidez de faire paraître mon article, son importance pratique sera d’autant plus grande qu’il sera publié plus vite, compte tenu de la proximité du Congrès de la social-démocratie autrichienne qui doit traiter de la question du premier mai et d’autres problèmes abordés dans cet article (7).

Veuillez agréer l’assurance de ma considération distinguée.

Rosa Luxemburg

L’allemand étant pour moi une langue étrangère, il se pourrait qu’une expression pas tout à fait correcte se fût glissé dans mon article. Aussi je me permets de vous prier très courtoisement de bien vouloir, le cas échéant, corriger mon article à cet égard.

Mon adresse: Mademoiselle Luxemburg, Universitätsstrasse 77.

Notes:

1. Première lettre de Rosa Luxemburg à la rédaction de la Neue Zeit, c’est-à-dire, à Karl Kautsky.

2. Paru sous le titre “Neue Stromungen in der polnischen sozialistischen Bewegung in Deutschland und Osterreich (“Nouveaux courants dans le mouvement socialiste polonais, en Allemagne et en Autriche”), Neur Zeit, N°32 et 33, VII, t.2,  176-181, 206-216.

3. Il s’agit du Parti social-démocrate de Galicie (devenu Parti socialidte de la Pologne autrichienne).

4. Bulletin officiel du Parti socialiste polonais, édité en français par le PPS en 1895-1899, successivement à Zurich, à Genève, Paris et Londres. De nombreux socialistes étrangers y collaborèrent.

5. Le quotidien Le Parti ouvrier fut fondé en 1888 par Jean Allemane. Après la rupture de ce dernier avec Brousse, intervenue en 1890, il devint l’organe du Parti socialiste ouvrier révolutionaire,connu sous le nom d’allemaniste.

6. Il s’agit de la motion déposée en avril 1896 par l’Union des socialistes polonais à l’étranger, à l’ordre du jour du IVème Congrès de la IIème Internationale qui devait se tenir à Londres du 26 juillet au 2 août 1896.

7. Il s’agit du Vème Congrès du Parti social-démocrate autrichien qui a eu lieu à Prague les 5-6 avril 1896. Ignacy Daszynski, dirigeant du PSD de Galicie, présenta un rapport sur le Congrès de l’Internationalen qui devait se tenir à LOndres

Vive la lutte, Maspéro1976, P 44 et 45

A lire aussi sur le site bataille socialiste

__________________________________________________________________________

De la correspondance de Rosa Luxemburg , 1890-1898

Cette série d’articles met en ligne des indications reprises de la correspondance de Rosa Luxemburg sur des thèmes divers permettant d’approfondir notre connaissance de l’élaboration de la pensée de Rosa Luxemburg, en nous attachant aux tout premiers courriers conservés: soit sur la période 1890-1898. Ce sont  des écrits de jeunesse. en 1890, Rosa Luxemburg a juste 19 ans  Premières années d’exil, en Suisse essentiellement, en France partiellement et jusqu’à son arrivée en Allemagne qui marque son entrée mûrement réfléchie et fracassante dans la social-démocratie allemande

Source :1ère lettre de Rosa Luxemburg à Kautsky, mars 1896. Sur les courants nationalistes dans le mouvement socialiste polonais. comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com

16 Sep 2014