Rosa Luxemburg et la Commune (7). Extrait de l’article “Le 1er mai et la lutte des classes”. “… Dans la nuit des misères que font naître les crises du capitalisme, des fantômes s’élèvent …”

… Dans la nuit des misères que font naître les crises du capitalisme, des fantômes s’élèvent, annonçant l’inexorable destin, qui déjà se pouvait prévoir à l’aurore même de l’ère capitaliste.

https://jeune-nation.com/wp-content/uploads/2014/11/Drapeau-canuts.jpg

La bannière des Canuts

La lutte de classes, génératrice de ces crises qui déchire la société bourgeoise et qui, fatalement, causera sa perte, fait comme une trainée rouge à travers toute l’histoire d’un siècle. Elle se dessinait confusément dans la grande tourmente de la Révolution française. Elle s’inscrivait en lettres noires sur la bannière des canuts de Lyon, les révoltés de la faim qui, en 1834, jetèrent le cri : « Vivre en travaillant ou mourir en combattant ! » » Elle alimentait le feu rouge des torches allumées par les chartistes anglais de 1830 et de 1840. Elle se levait comme une colonne de flammes du terrible massacre de juin 1848 à Paris. Elle jetait son éclat de pourpre dans la capitale de la France, sur le mouvement de 1871, lorsque la canaille bourgeoise victorieuse se vengeait sur les héros de la Commune par le fer meurtrier des mitrailleuses. …

Le but du 1er mai est une déclaration de guerre retentissante sans merci, lancée à cette société par des millions de bouches et qui se répercute sur toute l’étendu du globe. Dans cette unanimité internationale du mouvement se trouve la  garantie que nos bataillons ne seront plus écrasés dans une lutte héroïque, mais inégale, parce qu’isolés, comme ceux de Juin et de la Commune, comme les glorieux combattants de Saint-Pétersbourg, de Varsovie et de Moscou.

Le 1er mai est la fête mondiale du travail, la commémoration annuelle des luttes révolutionnaires glorieuses du prolétariat moderne, la continuation de leurs traditions et la proclamation solennelle de cette vérité qu’un jour sonnera l’heure où non plus des détachements isolés du prolétariat de telle ou telle nation mais le prolétariat de tous les pays soulèvera dans une lutte commune pour mettre bas le jour exécrable du capitalisme.

Le 1er mai et la lutte des classes

Socialisme N° 74, 1er mai 1909, P 1 et 2

Publié dans Le socialisme en France P 265 – 267, Editions Agone/Smolny,

 

Lire pour comprendre le contexte difficile de la lutte de Rosa Luxemburg pour le maintien et la célébration du 1er mai : http://comprendreavecrosaluxemburgdocumentsetdossiers.over-blog.com/2018/07/1909-le-mouvement-socialiste.le-1er-mai-au-congres-de-leipzig.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*